Dans l’euphorie de FIV n°1.

Les vilaines sont là. Hipipip Houra! On est hyper impatient de commencer cette première tentative. On y croit plus que tout. On se projette déjà dans une future grossesse. On parle des prénoms, de l’éducation, de l’aménagement de notre maison pour l’accueillir, etc. On attend ça depuis plus de 2 ans. On est euphorique. Hyper confiant, peut être même trop confiant!

° Première stimulation ovarienne : une partie de plaisir ?

Les premières piqûres dans le parcours de la PMA, ne m’ont pas tellement impressionnées. Gonal F, un stylo hyper bien foutu, très simple d’utilisation et une aiguille très très fine, presque indolore. On décide, en commun accord, et surtout car je flippe de me piquer moi même, que mon chéri fera office d’infirmier. Il travaille dans la sidérurgie alors tout ça, c’est pas trop son truc. Après quelques hésitations, il s’en sort comme un chef. Il faut de l’entrainement, et il va en avoir !
Tout se passe bien, jusqu’à ce qu’on ajoute le vilain Orgalutran. Alors celui là, il est vraiment méchant. Une aiguille plus grande et épaisse. Il faut faire attention aux bulles dans le produit. Il faut injecter doucement et sans trembler. Et surtout, la sensation après l’injection est vraiment désagréable. Ça brule, ça pique, ça gonfle et ça devient tout rouge. C’est pas glam du tout!
Au bout de 6 jours de stimulation, je commence à ressentir de la fatigue et surtout que mes ovaires se transforment en une usine de production intensive d’ovocytes. Je réagis très bien au traitement. Au bout de 9 jours de stim, on déclenche l’ovulation avec la fameuse piqûre d’Ovitrelle. C’est LA piqûre de la délivrance, celle qu’on attend avec impatience.

° Ponction d’ovocytes sous AL ou la pire douleur de toute ma vie. OMG!

Jour 11 : on arrive à la clinique très tôt. C’est le jour J, celui de la délivrance. Le bas du ventre tire. Les ovaires sont douloureuses, et elles pèsent une tonne! J’ai demandé une anesthésie générale par peur de souffrir, et pour cause! Je suis le cauchemar des infirmières. J’ai des veines très fines, profondes et qui roulent. La totale!
La première infirmière que l’on voit, essaie de me piquer pour me mettre le cathéter pour l’AG. Elle pique, une fois, deux fois. Sans succès. On m’envoie au bloc. L’anesthésiste va s’occuper de mon cas. Il pique, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, etc. Il me retourne les bras dans tout les sens. Il serre le garrot comme un malade. Il trifouille sous ma peau avec l’aiguille pour essayer de choper la fameuse veine fine profonde et rouleuse. Je pleure toutes les larmes de mon corps, en silence. Les infirmières ont pitié de moi. L’anesthésiste, dépité de la situation, s’en va comme un voleur. Sans dire un mot, un peu honteux.
Le médecin qui doit me faire la ponction arrive et me rassure. J’aurai une anesthésie locale, c’est indolore, tout va bien se passer! Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d’alu! Après une petite toilette intime de mon col de l’utérus hyper agréable, il injecte le produit anesthésiant au fond de mon vagin. J’ai rien senti ouf! Il prend sa sonde avec la grosse aiguille pour ponctionner mes follicules. Et là, c’est le drame! La voilà, la pire douleur de toute ma vie. Au moment où il perce mon ovaire gauche pour aspirer les follicules. Une douleur vive et intense. Je sursaute de la table par réflexe et endommage quelques ovocytes au passage. Je souffle, je pleure. J’inspire, expire comme si j’étais entrain d’accoucher. Je sens les follicules être aspirer au fur et à mesure. Après avoir rempli 2 seringues, il a enfin fini. On doit faire la même chose à l’ovaire droit. Je flippe ma race! Je souffle, me concentre et il perce mon ovaire. Cette fois, la douleur est moins importante ouf! Il aspire vingt follicules en tout. Je ne pensais pas en avoir autant. Mon homme les attend sagement dans le couloir. Il s’inquiète car niveau timing, on est grave en retard. C’est samedi, et leur organisation est un peu différente de la semaine. Il a déjà fait son recueil et ses petits soldats sont dans les starting block au labo. Mais avec le sketch de l’anesthésiste, la ponction a durée presque 1 heure en tout. Le retour en chambre fut brutal. La douleur dans le bas du ventre est intense. 20 follicules ont été ponctionnés mais seulement 10 ovocytes récoltés (2 sont lysés donc inexploitables). Sur ces 8 ovocytes, 7 sont matures et fécondables. A ce moment là, je prie fort ne plus devoir passer par là, et que cette ponction soit bien la première et la dernière!

° Résultats : c’est la cata !

Deux jours après la ponction, je revis. Tout va mieux, plus de douleurs. Mon ventre est redevenu normal. L’optimisme et l’enthousiasme sont là. On apprend à ce moment là, que 4 petits embryons se développent au labo. Seulement, ils sont de qualités moyennes mais la biologiste n’est pas inquiète. Ils décident d’attendre J5 et le stade de blastocyste pour sélectionner le meilleur d’entre eux. On se dit, ça va le faire, un peu naïvement. Sauf que, le téléphone sonne, ce fameux J5 post ponction, et que ce n’est pas le numéro du secrétariat mais celui du laboratoire. La biologiste nous annonce que deux blastocystes se sont formés mais qu’ils sont vraiment de mauvaises qualités et qu’ils préfèrent ne pas nous les transférer. Je négocie, mais rien y fait. Ils n’ont pas de réelles explications. Peut être le traitement ne me va pas. Ne vous inquiétez pas, ça arrive souvent! C’est comme si, tout nos espoirs s’écroulaient d’un coup. On est sans mots. Je n’arrive pas à m’arrêter de pleurer. Ma gynéco m’appelle et nous rassure. Elle va changer mon traitement et on peut recommencer après un cycle de repos. On est soulagés. Jours après jours, on digère la nouvelle et la perspective de recommencer rapidement nous aide. On ne lâchera pas. La prochaine fois, ce sera la bonne!


2 commentaires sur “Dans l’euphorie de FIV n°1.

  1. Quel ascenseur émotionnel… J’imagine votre immense déception et tristesse lors de cette 1ere FIV… L’impression d’avoir fait ça « pour rien ». Mais finalement ce n’est jamais pour rien tant qu’on avance… pour l’anesthésie locale ça a aussi été la pire douleur de ma vie 😔 une véritable horreur que je ne souhaite à personne…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s