Bilan post FIV n°2, et ça continue encore et encore..

Après la non accroche de notre blasto warrior, comme toujours, on veut rebondir vite, très vite même. Le lendemain du résultat, j’ai réussi à choper un rdv gynéco suite à un désistement. On a rien sans rien. Je ne sais pas d’où me vient cette force, mais je m’impressionne parfois. La gynéco était plutôt surprise de nous revoir aussi rapidement. On lui a fait part de nos inquiétudes suite à ce 3 ème transfert négatif (2J3-1J5-1J5). On souhaite faire des examens complémentaires car on a peur d’éventuels problèmes au niveau de mon endomètre.

Carences en vitamines ? Je prends pas mal de compléments alimentaires en vitamines et antioxydants depuis plusieurs mois, en plus du traitement d’acide folique. J’ai une alimentation plutôt équilibrée (un peu trop de sucre mais c’est dur de s’en passer). Ma gynéco ne pense pas qu’il y ai de déséquilibre à ce niveau là. Je vais continuer mes compléments alimentaires (gynéfam, spiruline, acide folique et huile d’onagre) et essayer en plus des gouttes de vitamines D (important pour l’implantation embryonnaire). Je pense demander un bilan complet à mon médecin traitant.

La progestérone est-elle assez efficace ? Selon elle, je n’ai pas de problème lié à la progestérone car j’ai eu 3 débuts de grossesses naturelles. Les apports en progestérone par médicaments, c’est un plus.

Rejet d’embryon ? Ma gynéco ne pense pas, car j’ai eu zéro accroche. Les bilans d’anticorps spécifiques sont donnés en cas de fausses couches à répétition. Elle ne m’a pas parlé de biopsie matrice lab pour le moment.

Une infection de l’endomètre ? J’ai des règles normales et régulières, de 4 jours environ, et pas très abondantes. Elles ne sont pas très douloureuses. Je n’ai aucun spotting avant les règles, ni saignements entre les règles. Je n’ai pas de pertes vaginales anormales ou malodorantes. Je n’ai pas de grosses douleurs abdominales. Ma gynéco ne pense pas à une infection. Elle note que si nos esquimaux ne s’accrochent pas, on réalisera une hystéroscopie avec biopsie par curetage de la paroi utérine, afin de vérifier que je n’ai pas d’infection. Cette intervention est pratiquée avant une 3ème tentative dans mon centre, car le curetage augmente les chances d’implantation pour le transfert suivant. On va quand même faire un dépistage sur le col et dans les urines du chlamydia, au cas où, il serait revenu, mais il détruit les trompes et pas l’endomètre.

Un problème lié à ma trompe restante ? Je n’ai plus qu’une seule trompe. Elle a été fragilisée par ma première GEU en novembre 2017. La gynéco nous parle d’hydrosalpinx. Elle n’a rien vu lors de l’échographie 3D pré-fiv, ni lors des échos de contrôles pendant les stimulations. Elle nous dit qu’une hydrosalpinx se voit en échographie, et qu’elle peut être néfaste à l’implantation d’un embryon car un liquide inflammatoire coule dans la paroi utérine. Elle me prescrit une IRM pelvienne, afin de vérifier. Elle peut être minime et visible alors lors de l’IRM. Si c’est le cas, elle n’empêche pas une nidation, et elle peut être éventuellement réparé avec une chirurgie plastie tubaire. Néanmoins, si une hydrosalpinx importante est découverte, elle nous parle d’une intervention pour faire retirer ma trompe restante. C’est la douche froide. J’ai vraiment peur de me retrouver sans trompe. Heureusement, la gynéco me rassure car elle en doute fortement, étant donné, qu’on ne voit strictement rien en échographie et que le compte-rendu de ma coelioscopie de mai 2018 lors de ma 2ème GEU, ne relève pas d’hydrosalpinx ou de dilation de ma trompe restante. Quoi qu’il en soit, je ferai cette IRM si nos petits esquimaux ne s’accrochent pas.

Un problème de vascularisation de mon endomètre ? Mon bilan sanguin et de mutation génétique est bon. Elle n’est pas inquiète car mon endomètre est toujours de bonne épaisseur (vers les 9-10mm lors du déclenchement), et il est en aspect triple feuillet. Que demander de plus ?! Bah simplement qu’un embryon s’y accroche et se développe correctement pour devenir un beau bébé en pleine forme ! Elle me dit que scientifiquement, ce n’est pas prouvé que l’aspegic aide à l’implantation. Je vais quand même en prendre pour essayer. Qui ne tente rien, n’a rien !

La gynéco nous parle de médecines parallèles. Eh oui, c’est un peu surprenant mais ça fait plaisir de voir qu’elle est ouverte à ce type de pratique. Elle me parle de séances chez l’ostéopathe (déjà fait), d’aller voir un hypnothérapeute (déjà faut aussi), de faire des séances d’acuponcture (déjà fait mais pas juste avant et juste après le transfert), et de luminothérapie. On va continuer tout ça !

On a la chance, d’avoir trois beaux blastos esquimaux qui nous attendent. La gynéco est confiante et rassurante. On peut essayer un autre protocole TEC. Elle est ouverte à tout (artificiel, stimulé ou naturel). Nos deux premiers TEC sur cycle naturel n’ont pas fonctionné. J’aimerai essayer sur cycle artificiel malgré le fait que j’ovule bien naturellement. On veut tout essayer. On y croit encore, et de plus en plus fort.

5 commentaires sur “Bilan post FIV n°2, et ça continue encore et encore..

  1. Tu es forte, déterminée, courageuse, tu ne restes pas là les bras croisés… Tu vas y arriver. Ta persévérance, ton amour (VOTRE amour) vont vous mener à la réussite. Je te souhaite très vite un joli ++ et surtout un bébé en pleine santé. Tu le mérites tellement ❤

    Aimé par 1 personne

Répondre à mamanadesformes Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s