FIV2 / TEC n°1 : l’attente.. 30°C à l’ombre et les pieds dans l’eau.

Ce transfert, on a envie de le vivre autrement. On y croit sans y croire. C’est dur à expliquer. Et puis après plusieurs échecs, l’enthousiasme de la première fois à disparu. On y croit très fort mais on ne se met pas la pression. On a la chance d’avoir encore 2 petits esquimaux sur la banquise, donc pas de stress. Chéri me touche le ventre tous les soirs depuis le transfert. Le lendemain, il a même senti quelque chose d’étrange. Comme une sensation sous sa main d’une énergie différente. Il m’a dit, il est là et il va s’accrocher.

Chéri est en congés. On décide, du jour au lendemain de partir dans le Sud pendant 10 jours. Je n’ose pas faire trop d’efforts, pas trop me baigner. Ne pas boire d’alcool. C’est pas des vacances normale, pour nous qui avons plutôt l’habitude de faire plein d’activités et de profiter de la vie. Je me retrouve à lézarder sur un transat au bord de la piscine.

Aujourd’hui, on est le 20 juin 2019. Nous sommes à St Raphaël, depuis 2 jours. Il fait beau et très chaud. On est heureux d’être là, mais cette attente nous contrarie. Enfin surtout moi. Elle est terrible cette attente. Cette nuit, j’ai très mal dormi. Réveillée plusieurs fois, je cogitais, pensant que c’était négatif. Je pensais déjà à l’après. J’ai fait un rêve étrange. Mon chéri me quittais pour une autre fille et la FIV n’avait pas marché. Je me vois pleurer toutes les larmes de mon corps. Je me réveille en pleurant. Je déteste ce genre de rêve. J’en fait rarement d’aussi réaliste et triste. Chéri me rassure. Ce matin là on décide, en commun accord, de faire un test de grossesse afin d’être fixé. Je suis persuadée qu’il va être négatif car j’ai des douleurs de règles. Ça me mine le moral. Je suis sûre que ça n’a pas marché alors que 2 jours avant je pensais l’inverse. Je n’ai pas mal aux seins. Je n’ai plus d’aigreurs d’estomac. J’ai chaud, mais en même temps, il fait très chaud dans le sud. À part ça, je me sens bien. Dans ma tête, je fais ce fichu test, comme ça je pourrai profiter du bar et faire du jet ski. À 7 jours post transfert de notre petite mûre, un test devrait être fiable. Il est 9h. On trouve une petite pharmacie dans le quartier du Boulouris à St Raphaël. Je demande le test le moins cher. On rentre à l’appartement. On va déjeuner tranquillement. Mon homme me demande si je fait le test en rentrant. Je lui réponds : non, je peux attendre ce soir. Il insiste à plusieurs reprises et me dit de le faire, un point c’est tout. Bon, OK. Je m’exécute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s